Me contacter | Mentions légales |
|

Menu général

Nouvelles technologies

La vache laitière

Valorisation du lait

Articles-Reportages-Infos

Communiquer-Echanger

Divers

Comportement des vaches



Sommaire

Réduire le stress dans l'élevage permettra d'améliorer la productivité et prévenir les changementsombre physiologiques. Les éleveurs qui comprennent le comportement des vaches peuvent réduire le stress.
Les bovins ont une vision grand angle et ils sont facilement effrayés par les ombres ou les distractions à l'extérieur du bâtiment. Le bruit doit être réduit au minimum parce que les animaux ont l'ouïe sensible.
Les bovins sont des animaux de troupeau et l'isolement d'un seul individu doit être évité.
Les animaux qui ont eu des contacts fréquents avec des personnes douces seront moins stressés que les animaux qui ont subi des traitements agressifs.
Les animaux peuvent être formés à accepter volontairement un dispositif de contention. Le dispositif de contention devra être introduit progressivement et ne devra pas causer de la douleur.

Vision et mouvement des vaches

Vache tête baisséeLes vaches ont une vision grand angle, leur champ visuel va au-delà de 300 degrés.
Même si les animaux ruminants ont une perception de la profondeur, leur capacité à estimer la profondeur au niveau du sol est probablement très réduite. Un scientifique suggère que les vaches pourraient avoir une vaste zone aveugle au niveau du sol, et ne seraient pas en mesure d'utiliser le parallaxe du mouvement à cause de leur disparité rétinienne à percevoir la profondeur. Pour estimer la profondeur sur le terrain, l'animal aurait besoin d'arrêter de marcher et de baisser la tête. Cela peut expliquer pourquoi les vaches  baissent souvent la tête et regardent les choses inhabituelles sur le terrain. Les bovins rechignent souvent aussi à marcher sur une grille de drainage, tuyaux, flaque d'eau, l'ombre ou le changement de surface de plancher ou de la texture.

Dans les zones où les animaux circulent et sont logés, l'éclairage doit être uniforme et diffus. Les ombres et les points trop lumineux doivent être minimisés.
Les vaches ont tendance à se déplacer d'une zone faiblement éclairée à une zone plus lumineuse, à condition que la lumière ne soit pas trop violente pour leurs yeux.
Un spot dirigé sur une rampe ou tout autre appareil facilite l'entrée des vaches. La lumière ne doit pas briller dans les yeux des animaux qui approchent de l'entrée (de la salle de traite par exemple).
Les dernières recherches sur la vision des couleurs chez le vaches montre qu'elles sont dichromates avec des cônes  plus sensibles au vert, bleu et jaune clair.
Les êtres humains sont trichromates et voient le spectre complet des couleurs. La vision dichromatique peut rendre l'animal plus sensible aux mouvements brusques.
Une glande au centre du cerveau appelée l'amygdale est activée quand un animal voit un mouvement brusque. C'est pourquoi les personnes qui travaillent avec le bétail doivent avoir des mouvements lents.

Les animaux refusent souvent d'entrer dans un bâtiment qui semble sombre. Ceci est plus susceptible d'être unBâtiment lumineux problème lors d'une journée ensoleillée.  Il ya des installations dans les bâtiments qui fonctionnent bien la nuit ou par temps nuageux, mais sur une journée ensoleillée le bétail peut refuser d'entrer dans le bâtiment.  Les vaches entrent dans un bâtiment plus facilement si elles peuvent voir le jour à l'intérieur. L'ouverture d'une porte peut aider.  Une autre option consiste à installer des panneaux en plastique blanc translucide qui laisse passer beaucoup de lumière sans ombre. L'éclairage idéal dans le bâtiment devrait ressembler à une journée nuageuse et lumineuse.

Le bruit

Les bovins sont plus sensibles que les personnes aux bruits à haute fréquence. La sensibilité auditive des vaches se situe à 8000 Hz. L'oreille humaine se situe de 1000 à 3000 hz. Des bruits forts et inattendus peuvent être très stressants pour les vaches.
Les animaux s'adaptent facilement à des niveaux raisonnables de son continu, comme le bruit d'une radio, la musique instrumentale, et des sons divers.

Hiérarchie et domination du troupeau

L'éleveur de vaches peut souvent prendre le contrôle des animaux plus efficacement si il exerce une domination sur l'animal dominant du troupeau.  Exercer une position dominante n'est pas contraire au mode de fonctionnement animal.  Il utilise le comportement naturel de l'animal à exercer une domination et l'éleveur devient "l'animal Boss".  Des tribus nomades en Afrique contrôlent leur bétail en entrant dans la hiérarchie de dominance et deviennent le membre dominant du troupeau.

Revêtement de sol

Sols rainurésLes animaux ont tendance à paniquer s'ils glissent même très peu.  Si les vaches sont constamment agitées, debout dans un couloir, piétinent près d'une glissière de retenue, c'est souvent dû au sol glissant.
Chaque sol en béton doit comporter des rainures de 2,5 cm de profondeur.
Utiliser du béton de haute qualité pour la construction de planchers pour le bétail. Un plancher de béton vieux doit être re-gorgé avec une machine à rainurage béton.
D'autres méthodes peuvent être utilisées pour réduire le glissement en appliquant du sable sur le plancher. Aux États-Unis par exemple, des nattes de coco tressées sont utilisées dans les couloirs de circulation des vaches. L'inconvénient des tapis est la difficulté à les nettoyer.

Réduire le stress pour améliorer la production laitière

Les vaches qui ont peur des humains sont moins productives.
Pourquoi une vache peut-elle avoir peur des gens?
Les animaux ont d'excellents souvenirs aussi bien pour les bonnes que les mauvaises expériences. Des recherche sur le cerveau  montre que les vaches peuvent éprouver de la peur provenant des souvenirs qu'elles ne peuvent effacer de leur mémoire. Ces souvenirs de peur sont situés dans une partie du cerveau appelée l'amygdale (partie inférieure primitive du cerveau dans le cortex).
Les souvenirs de peur sont permanents. Cela date du temps où les vaches étaient des animaux sauvages, elles étaient plus susceptibles d'être mangées par des prédateurs si elles oubliaient où elles avaient rencontré un lion. Au fil du temps, les animaux peuvent apprendre à remplacer un souvenir de peur et devenir moins peureuse de l'endroit où s'est produit une expérience effrayante. Mais elles ne peuvent complètement remplacer le souvenir de peur qu'elles ne pourront jamais effacer. L'accent doit être mis sur la prévention des souvenirs de peur.
Les vaches et autres animaux ont tendance à développer des souvenirs de peur qui sont liés soit à des mauvais lieux ou des objets proéminents.  Les animaux sont les plus susceptibles de devenir peureux d'un lieu déterminé ou d'une personne portant un certain type de vêtements associés à une expérience douloureuse ou effrayante.

"Les vaches ne savent pas reconnaître les visages humains; elles reconnaissent les lieux, les odeurs, les voix, les vêtements distinctifs, et certains objets." Temple Grandin.

Il serait très préjudiciable pour la production de lait si une vache devenait peureuse de la salle de traite. Il estsalle de traite essentiel que la première expérience d'une génisse dans la salle de traite soit une bonne expérience. Les premières expériences font une grande impression sur les vaches. Si une génisse tombe ou est sous le choc avec un aiguillon électrique pour la première fois qu'elle entre dans la salle de traite, elle peut développer un souvenir de peur qui est associée avec la traite. Si une vache a une expérience douloureuse ou effrayante la première fois qu'elle entre dans un nouveau lieu, alors le souvenir de peur est associée au nouveau lieu. Mais, si un événement douloureux ou effrayant se passe dans un lieu familier qui a été préalablement sûr, la vache l'associera très probablement avec quelque chose d'autre, comme par exemple, une personne portant un imperméable jaune. Le souvenir de peur sera associé à l'imperméable jaune dans cet endroit.  Le souvenir de peur peut refaire surface dans n'importe quel endroit où la vache voit un imperméable jaune.
Parfois, les vaches ont besoin de traitements vétérinaires qui peuvent provoquer des douleurs ou des malaises. Il est important que ces expériences ne soient pas associées à la traite.  Pour éviter ces associations à la traite, ne jamais faire une injection quand une vache est dans une stalle de salle de traite. La vache doit être mise dans un local vétérinaire pour le traitement. Elle apprend alors que la salle de traite est un «lieu sûr».
Si l'injection n'est pas possible hors de la salle de traite, alors le trayeur doit porter un vêtement très différent, comme enlever son tablier jaune habituel et mettre un grand chapeau bleu. Les vaches apprennent qu'elles peuvent se détendre quand elles voient le tablier jaune. Le seul moment où elles seront anxieuses c'est quand elles verront le chapeau bleu. Le chapeau devrait être vraiment unique et aucune personne ne l'aurait jamais porté. Il devrait être mis de côté après les traitements vétérinaires dans une boîte où les vaches ne peuvent pas le voir.

Chez la vache, les souvenirs sont comme des images...

Les vaches n'ont pas l'usage de la parole, elles stockent leurs souvenirs comme des images dans un album photo. Par exemple, si une vache a eu peur du tablier jaune quand elle était une génisse, tout ce qui ressemble à un vêtement jaune peut aussi lui faire peur.
Fondamentalement, la vache associe dans son cerveau ce qu'elle voit et entend à un souvenir de peur ou de joie.

FIN

par Temple Grandin
Colorado State University

Traduit de l'américain par Gilles HEULINE




web design by Qualité du lait